Viager : transformer votre propriété en un avenir sécurisé

vente en viager

Publié le : 13 août 20236 mins de lecture

À l’heure de la retraite, la vente en viager est une manière de s’assurer des rentrées d’argent régulières pour pallier la baisse de revenus induite par la fin de l’activité salariée. La stagnation des pensions pousse de plus en plus de seniors à utiliser leur bien immobilier pour sécuriser leur avenir.

S’adresser à un professionnel de la vente en viager

Vendre en viager représente un acte juridique particulier, délicat, à ne pas traiter à la légère. Cette opération s’adresse principalement à des personnes âgées souhaitant bénéficier d’un complément de retraite mais qui sont, pour beaucoup d’entre-elles, inexpérimentées. Ce modèle d’achat immobilier s’articule comme un montage dont il faut connaître les spécificités. Il requiert une certaine expertise, indispensable pour pallier les complexités de ce type de contrat. C’est la raison pour laquelle il est vivement recommandé de s’adresser à un spécialiste comme neo-viager.fr. Des conseillers en vente immobilière viagère disposent d’une solide expérience dans ce domaine et de connaissances aussi bien sur le plan patrimonial, fiscal que juridique. Par ailleurs, l’accompagnement d’un expert en vente et rente viagère s’avère souvent précieux pour éviter de prendre des risques et s’assurer de réaliser la vente dans les meilleures conditions. À ce titre, il convient notamment de bien définir le calcul du bouquet, le montant de la rente viagère et de vérifier la solvabilité de l’acquéreur. Un professionnel vous accompagnera tout au long du processus de vente mais également après la vente. La rédaction de l’acte authentique de vente qui relève du notaire revêt aussi une extrême importance.

Pourquoi la vente viagère reste une option intéressante ?

En période de temps incertains, le viager est généralement considéré comme une stratégie gagnante. Il peut être de 2 formes :

  • Libre : l’acheteur dispose librement du bien immobilier dès la conclusion de la vente, sans attendre le décès du vendeur. Il peut donc l’occuper ou le louer comme il le souhaite.
  • Occupé, le cas le plus courant : le vendeur cède son bien mais il conserve l’usufruit ou le droit d’usage de ce dernier.

La cession viagère est source de revenus réguliers et sécurisés pour le vendeur à travers des rentes viagères généralement indexées sur l’inflation ou les taux d’intérêt. Grâce à cela, les vendeurs se protègent contre l’érosion de la valeur monétaire. Lors de récession économique, nombreuses sont les personnes, notamment les plus âgées qui éprouvent des difficultés à maintenir un revenu et niveau de vie stable. Le viager offre la possibilité de garantir un flux de trésorerie régulier jusqu’au décès. Il contribue à couvrir les dépenses de base comme les soins médicaux, les frais de subsistance et à s’offrir un meilleur confort de vie. Si vous cherchez à protéger votre avenir financier, le viager immobilier peut être une option à envisager ! En période de récession du marché immobilier, vendre en viager permet aussi au vendeur de réaliser une vente à un meilleur prix que s’il vendait traditionnellement. Cela est dû au fait que l’acheteur accepte souvent de payer un bouquet (paiement initial) inférieur en échange de paiements mensuels ou périodiques à vie.

Savoir évaluer soigneusement les risques pour le vendeur

En tant que vendeur, vous bénéficiez d’un revenu régulier et sécurisé tout au long de votre vie, quel que soit l’état du marché immobilier ou de l’économie en général. Toutefois, la vente viagère, si elle offre des avantages financiers pour le vendeur, elle n’est pas pour autant dénuée de risques. Si vous êtes vendeur, le risque le plus important porte sur la rente en elle-même. En cas de cessation de paiement de la part de l’acquéreur, vous perdez le complément de revenus dont vous bénéficiez jusqu’alors. Pour vous protéger contre ce risque, il est conseillé de faire mentionner dans l’acte de vente une clause résolutoire qui vous autorise à reprendre possession de votre bien dès lors que l’acquéreur ne s’est pas acquitté de plusieurs rentes. L’autre principal risque pour le vendeur concerne la résiliation du contrat de vente par l’acheteur. Dans ce cas, le vendeur se retrouve privé du bouquet et des rentes espérés et doit rechercher un autre acheteur au plus vite. Pour éviter ce genre de déconvenue, le vendeur peut inscrire une clause pénale au contrat de vente. Cette dernière l’autorise à conserver le bouquet potentiellement versé en cas de résiliation du contrat de vente.


Plan du site